Mes défis cuturels

Planétarium

J'ai visité à deux reprise le Planétarium. J'ai réalisé un première visite avec des collègues après une longue journée assise en classe.

 Notre visite débuta par le visionnement de Dark Universe : le côté sombre du cosmos. Ce court métrage nous en apprend davantage sur la création de l’univers et son évolution, mais aussi sur ce que l’on voit et l’étrange matière noire que l’on ne voit pas. Par la suite, nous avons eu une vingtaine de minutes pour explorer la salle d’exposition qui propose plusieurs stations numériques et interactives qui expliquent différents phénomènes de notre univers. Nous avons terminé notre visite par le visionnement d'Aurōrae. Cette fois-ci, nous avons voyagé dans l’espace et sur terre à la découverte du mystérieux phénomène des aurores boréales. Cette expérience impressionnante était guidée par une animatrice passionnée en plus d’avoir comme bande sonore la musique de l’artiste québécois DJ Champion.


Mon neveu, Nathan, est rendu à un âge où il commence à poser beaucoup de questions et à s’intéresser à toute sorte de choses. Ayant bien aimé ma première expérience au Planétarium, j’ai décidé d’y retourner avec lui. Pour l’occasion, nous sommes allés voir deux nouvelles projections destinées aux enfants. La première projection, L’aveugle aux yeux d’étoiles, était un court film d’animation qui tente d’expliquer que le vrai pouvoir se gagne par les connaissances qu’on peut acquérir. Le film est très bien réalisé, mais ne permet pas aux jeunes enfants d’aller chercher ce deuxième sens. Cependant, je suis persuadé qu’avec des jeunes plus vieux tu pourrais avoir une belle discussion sur les deux personnages principaux du film. En deuxième lieu, nous avons assisté à la représentation À bord du SSE-4801. Pour cette occasion, nous avions avec nous une animatrice dynamique qui se présentait comme étant la pilote du vaisseau spatial qui allait nous faire explorer le système solaire. Une expérience dynamique, interactive et personnalisée au groupe. Mon petit Nathan a eu l’occasion de poser quelques questions et obtenir des réponses. Nous avons finalement, terminé notre visite dans la salle d’exposition qui propose plusieurs stations interactives. Les stations ont permis de comprendre plusieurs phénomènes en les rendant plus concrets.

Papillons en liberté

Chaque année, pendant le printemps, le Jardin botanique de Montréal offre l’activité Les papillons en liberté. Avant d’arriver à la serre des papillons, nous avons l’occasion de visiter l’exposition permanente qui est de toute beauté. Arrivés dans la serre voulue, nous nous retrouvons parmi des papillons de toutes les grosseurs, de toutes les couleurs et de toutes les formes. Plusieurs affiches explicatives donnent de l’information sur ceux-ci et il y a la présence d’animateurs sur les lieux pour qu’on puisse poser nos questions. C’est un moment privilégié à passer en contact avec la nature. Nous sommes restés longtemps à observer et analyser les nombreux papillons. Il peut même arriver qu’il se pose sur vous l’espace d’un moment.


Le Jardin botanique m’a fait réaliser que je ne passe pas suffisamment de temps à m’arrêter et à observer la nature qui m’entoure. Je pense qu’il peut être très intéressant d’aller visiter cet endroit avec les élèves, mais avant tout, pourquoi ne pas tout simplement aller observer la nature qui nous entoure? Une petite visite du parc, d’un boisé ou tout simplement du quartier pour mieux comprendre ce qui nous entoure. C’est une belle occasion de parler de l’importance de la faune et la flore et de l’impact de certains gestes que nous posons.

Le trou du diable

Les grottes ont toujours été un phénomène naturel qui m’a fasciné. J’avais comme objectif d’aller en visiter au moins une dans le cadre de ce projet. Pendant les vacances d’été, ma sœur, mon neveu et moi avons donc mis le cap vers Saint-Casimir dans la région de Portneuf. Accompagné d’une jeune guide dynamique, nous avons fait la visite de la grotte Le trou du diable qui est la deuxième grotte la plus longue accessible au Québec. La visite se fait les deux pieds dans l’eau, par moment nous en avions jusqu’à la taille, il fallait donc être bien équipé. Tout le long de la visite, nous avons eu de l’information sur la conception d’une grotte, sur l’histoire de celle-ci et les légendes qui accompagnent les mystères de la grotte. Ce fut une belle visite instructive et amusante.


Dans un cadre scolaire, je crois qu’il est pertinent de parler de phénomène naturel et d’aller en observer. Que ce soit une montagne, une chute ou une grotte, tous ces phénomènes stimulent notre imagination et il est impressionnant de comprendre la force de la nature. De plus, un des objectifs principaux des sciences en éducation est de comprendre le monde qui nous entoure. La visite d’un lieu comme une grotte permet justement d’atteindre cet objectif tout en permettant de dépenser un peu d’énergie et de vivre une expérience unique. Travaillant sur l’île de Montréal, il est impossible pour moi de me rendre à Portneuf. Cependant, il existe plusieurs alternatives près de Montréal. En voici quelques-uns :